Le comble de la pauvreté :

Publié le par iconoclaste

faire les poubelles chez Aldi sur Google Maps ?

Google Earth et Google Maps disposent d'un service nommé Street View. Il permet de naviguer virtuellement dans les rues de nombreuses localités en France et dans le monde.

Pour parvenir à ce résultat, Google explore les rues des localités à l'aide d'un véhicule muni d'appareils photographiques permettant la prise de vue horizontale sur 360°.

Street View montre la rue telle qu'elle était au passage de la voiture Google.

Tout humain présent au moment de la prise de vue apparaît sur Street View. On peut ainsi voir des personnes dans des postures relevant de la vie privée ou de l'intimité.

C'est le cas sur des clichés pris dans la commune de Tinqueux (Marne).

Ils sont visibles sur Google Maps ici et dans la vidéo ci-dessous.

 



(Source : Youtube)

> Un homme fait les poubelles d'un supermarché hard-discount Aldi.
> Une voiture low-cost Logan Dacia stationne sur le parking.


On voit ici ce que les médias ne montrent que très rarement : la pauvreté.

Le pauvre dans ce cliché n'est pas celui qui possède la Logan ou qui fait ses emplettes chez ALDI :

http://maps.google.fr/maps?t=h&hl=fr&ie=UTF8&ll=49.241544,3.991438&spn=0,359.998258&z=20&layer=c&cbll=49.241685,3.991517&panoid=x6B7hXFcdtt4Fkkgp_zFgQ&cbp=12,310.25,,0,1.33

 

C'est celui qui fait les poubelles :

http://maps.google.fr/maps?t=h&hl=fr&ie=UTF8&ll=49.241544,3.991438&spn=0,359.998258&z=20&layer=c&cbll=49.241685,3.991517&panoid=x6B7hXFcdtt4Fkkgp_zFgQ&cbp=12,310.25,,0,1.33

 
Les médias ne l'entendent pas de cette façon. Pour eux, les pauvres vont dans les magasins hard-discount et roulent en voiture low-cost :

 

http://www.bakchich.info/De-la-qualite-pour-les-pauvres,07580.html

(Capture d'écran - Source : www.bakchich.info)

 

capture d'écran - http://www.marianne2.fr/Succes-des-voitures-du-pauvre-chez-les-classes-moyennes_a181832.html

 

(Capture d'écran - Source : www.marianne2.fr)

 

Mais, hélas les pauvres ne roulent pas en "voiture du pauvre" et c'est surtout la classe moyenne qui fréquente le hard-discount.

En fait, ce que les médias décrivent comme pauvres est la classe moyenne, la vraie classe moyenne pas celle à laquelle tout le monde croit appartenir.


Alors, où sont les «vrais» pauvres dans les médias ?

On ne voit pas les «vrais» pauvres dans les médias ou si peu.

Par exemple, on ne voit pas les millions de retraités touchant le minimum vieillesse.

La parole est également rarement donnée à ceux que les associations caritatives nomment «bénéficiaires» et que les cols blancs des ministères appellent «personnes en grande précarité».


Les médias se contentent des plus pauvres parmi les pauvres : les sans-abris, les cradingues, les marginaux, les alcoolos, les clodos en somme.

Ceux-là ont le droit de citer dans les médias. Ils ont la gueule de l'emploi.

Le téléspectateur n'a aucune chance de s'identifier à eux. Ce n'est pas anxiogène. Il ne zappe pas. Mieux, il peut être ému et prêt à mettre la main à la poche pour faire un don à une association caritative.

Ces associations savent d'ailleurs que ça fonctionne ainsi 

 

(Source : Les Restaurants du Coeur sur Wat)

Dans ce clip, on voit un nombre important de "bénéficiaires" sans-abris alors que la majorité des pauvres dispose d'un logement.

Le slogan "C'est parce qu'on est dans la rue qu'on doit mal bouffer" amalgame également pauvre et sans-abri.

Cependant, le pauvre n'est généralement pas sans-abri.

Il possède parfois une mobylette.

Il se débrouille comme il peut et une façon de s'en sortir est de faire les poubelles d'un supermarché Aldi :


En fait, cet homme ne fait pas les poubelles. Il est «glaneur».

C'est le nouveau mot pour décrire les gens faisant les poubelles.

Historiquement, les glaneurs étaient ceux qui ramassaient tout ce que le paysan laissait dans le champ après récolte.

Il reste que l'emploi du mot «glaneur» minimise la condition misérable des personnes qui font les poubelles.

Une fois de plus, on arrondit les angles et on évite d'appeler un chat, un chat.

Mieux encore, certains médias nous informent que glaner est un phénomène de mode :

 

Capture d'écran - http://www.libetoulouse.fr/2007/2009/01/glaneurs-des-vi.html

 

(Capture d'écran - Source : www.libetoulouse.fr)



Pour un peu, ils nous expliqueraient que l'homme vu dans ce post vient glaner en mobylette dans le souci de limiter son empreinte carbone et qu'il est un glaneur militant écolo altermondialiste...

Je terminerai ce post par l'évocation d'un autre glaneur.

Il se nomme Joël Destreil.

Joël Destreil glane pour les autres.

D'ailleurs, Joël Destreil fait tout pour les autres :

(Source : Kewego)
Alors, à l'heure où le président Sarkozy vient de remettre la légion d‘honneur à un couple de petits épiciers bretons ayant réussi à force de travail et d'abnégation, je me demande s'il n'y aurait pas une breloque qui traînerait dans un ministère pour décorer également Joël Destreil.

Qu'en pensez-vous ?

Publié dans la pauvreté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre Onfray 28/01/2011 13:01



Qu’on le veuille ou pas, nous sommes tous impliqués par ce qui se passe dans le monde. Quel que soit notre propre train de vie, nous nous apercevons bien qu’un grand nombre d’individus ont un
niveau de vie disproportionné et vivent comme si la pauvreté et les nations défavorisées n’existaient pas. Le fait d’ignorer que la majorité des habitants de la planète vivent dans la pauvreté et
que des millions meurent de faim nous donne donc à tous un degré de responsabilité. Il nous suffit de nous intéresser aux réelles causes de ce manque d’harmonie pour prendre conscience de la
nécessité "de mener des actions qui tentent d’établir un juste partage entre les humains. Chaque prise de conscience individuelle peut inciter d’autres à suivre l’exemple et contribuer à une
compréhension collective qui soit en mesure de transformer le monde entier." - Alex Mero