Ségolène Royal peut remercier M'sieur Minc

Publié le par iconoclaste

Ségolène Royal sera-t-elle la première bénéficiaire du retour en action des "méthodes de la campagne Balladur de 1995" ?

En 1995, Chirac a gagné une sympathie nouvelle par un soir du 6 mars lors d'un colloque de la Fondation St Simon. Son "écoutez M'sieur Minc" est resté dans toutes les mémoires ajoutant ensuite un "vous savez combien cela représente un loyer dans une HLM, M'sieur Minc ?". Du grand art devant une assemblée alors proche du fou rire ... La présidentielle 1995 était en train de basculer.

Les dernières critiques très agressives d'Alain Minc à destination de Ségolène Royal sont une illustration parmi beaucoup d'autres d'un retour en "grâce" des méthodes de la campagne Balladur en 1995.

Des méthodes qui tournent autour des 3 S : sondages, suffisance, spectacle.

Les sondages sont supposés "guider l'opinion" en installant une donnée supposée scientifique qui déclencherait un réflexe légitimiste suiviste.

En période électorale, ce réflexe auto-entretenu par les sondages n'existe pas ; bien au contraire. A trop vouloir montrer que l'élection serait faite, l'opinion se détache du vainqueur "trop facile".

La suffisance est le pire obstacle à la popularité. L'opinion Française ne supporte pas la suffisance surtout en temps de crise. Etre trop sûr de soi, c'est la meilleure façon pour "tomber de haut".

Le spectacle, c'est la démonstration que l'intéressé n'est pas authentique.

Depuis quelques mois, il est surprenant de constater combien le pouvoir présidentiel tombe dans des travers qui ont structuré des défaites comme celles de 1981 ou 1995.

Ségolène Royal peut remercier M'sieur Minc. Il y a parfois des adversaires qui involontairement valent les meilleurs amis ...

Publié dans Un élu de gauche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article